Solo Guy Cotten Concarneau

Epreuve en solitaire en Figaro Bénéteau 3 - 20 au 25 Juillet 2021

samedi 24 juillet 2021

Le film des arrivées !

 


Crédit : Simeli Production

Xavier Macaire (Groupe SNEF) remporte la 45ème édition de la Solo Guy Cotten 2021

Le vendéen Xavier Macaire (Groupe SNEF) a remporté la Solo Guy Cotten ce samedi 24 juillet à Concarneau en franchissant la ligne d’arrivée à 15h02’02 devant Tom Laperche (Bretagne CMB Performance) à 15h09’08 et Tanguy Le Turquais (Groupe Queguiner Innoveo) à 15h35’22. Les 33 navigateurs ont rencontré des conditions très variées sur les 380 milles nautiques du parcours, mêlant pétole, orages et vents soutenus jusqu’à l’arrivée à Concarneau. Dernière épreuve avant la Solitaire du Figaro, et comptant au Championnat de France Elite de Course au Large, cette Solo Guy Cotten a clairement montré quelles étaient les forces en présence sur le circuit !

Réactions des skippers à l’arrivée :


Xavier Macaire (Groupe SNEF), 1e de la Solo Guy Cotten 2021 :

 « J’enchaîne une deuxième victoire sur cette saison, la première sur la Sardinha Cup avec Morgan Lagravière et celle-ci sur la Solo Guy Cotten. Comment ne pas être satisfait ! Assez rapidement, entre le Raz de Sein et les Pierres Vertes, j’obtiens une 2e place que je n’ai pas lâché jusqu’à Belle-Ile ou j’ai réussi à doubler le leader, Tom Laperche. On a eu beaucoup de conditions variées comme je l’avais dit au départ. On a fait beaucoup de gennaker, le vent était trop serré pour utiliser le petit Spi, qui n’est finalement sorti que 20 minutes. Je vais maintenant faire une petite pause sur le Figaro et partir naviguer sur un autre support pendant la Rolex Fastnet Race. Je vais prendre le temps de me reposer et de préparer le bateau au mieux avant la Solitaire du Figaro. Avec les résultats de début de saison, deux podiums sur la Solitaire et une 11e participation, je sais que je suis attendu et je n’ai pas envie de passer à côté cette fois-ci. Cette Solo Guy Cotten m’a conforté dans mes vitesses, mes angles de voiles, mon fond de jeu et ma maîtrise du bateau. J’accumule depuis 3 ans de l’expérience sur mon Figaro 3 et ça se sent, j’ai de bons réflexes. »



Tom Laperche (Bretagne CMB Performance) 2e de la Solo Guy Cotten 2021 :  

« Je suis content et j’ai vraiment pris du plaisir. J’ai vu plein de trucs et c’était une très belle reprise en solitaire.  Finalement, la petite dépression orageuse que l’on redoutait tant, vendredi à la mi-journée, n’a pas tant semé la pagaille que ça. J’étais un peu déçu sur la fin car j’avais repris la tête à Xavier autour de l’île d’Yeu hier soir, réussi à le contenir jusqu’à Rochebonne au près, mais à un moment le vent a un peu changé et il m’a redoublé. Ça s’est joué à peu de choses, comme toujours car ce n’était vraiment que de la vitesse et de la conduite sous gennaker. Je suis forcément content de signer un troisième podium cette saison. Au départ, mon but état de finir dans le Top 5 car je savais que ce serait serré. J’aurais bien aimé gagner mais deuxième, c’est très bien et c’est de bon augure pour la suite. »


Tanguy Le Turquais (Queguiner – Innoveo) : 3e de la Solo Guy Cotten 2021 :

 « On est un peu salé, un peu humide et fatigué ! On a réussi à dormir un petit peu quand même, mais absolument pas les premières 24 heures. Finalement je ne suis pas tant fatigué ! C’était vraiment de super conditions avec une arrivée tendue avec Pierre Leboucher (Guyot Environnement). Nos deux sponsors brestois se connaissement bien alors il y avait une petite bataille d’égo sur l’eau ! En tous cas, je suis très content de mon résultat. Je sens que je suis sur la bonne voie ! Maintenant, on va s’occuper un peu du bateau car j’ai tiré dessus comme un ours pendant 2 jours. Mais nous avons tellement eu de tout en termes de condition : des orages et surtout deux dépressions en deux jours. C’était épuisant mais c’est un podium que je prends avec plaisir. »


Tom Dolan (Smurfit Kappa – Kingspan) 5e de la Solo Guy Cotten et 1e étranger :

« Je suis très content. C’est la première course en solitaire que je finis cette saison et je suis très fier du résultat. Je n’avais pas d’objectif mais ça me met en confiance pour la Solitaire du Figaro. On a navigué bord à bord avec Gildas Mahé sur la quasi-totalité de la course, notamment sur une option le long de la côte. Quand j’ai vu qu’on y allait à deux, ça m’a donné confiance ! Toujours bien placé, c’était très bien. Les orages ont fait disjoncter l’électronique plusieurs fois mais j’ai réussi à tout redémarrer. Mai j’ai fait toute la régate avec le capot de la descente ouvert et j’avais 50 litres d’eau dans le bateau, c’était une vraie piscine ! Je n’ai jamais bu autant d’eau de mer de toute ma vie ! »

Alexis Thomas (La Charente Maritime), 9e de la Solo Guy Cotten et 1e bizuth :

« Une victoire en bizuth, c’est un premier objectif atteint sur la Solo Guy Cotten 2021 ! Surtout, je voulais axer cette course sur la gestion du sommeil et c’est réussi, j’en suis très content. Je me suis vraiment canalisé pour déterminer les phases où j’avais des places à gagner en barrant et celles où je pouvais lâcher prise, je suis très satisfait d’avoir acquis cela avant la Solitaire. En revanche, mon bateau a subi quelques désagréments. C’était déjà inespéré d’être là au départ, il n’était même pas à l’eau ni mâté mercredi ! J’ai fait le maximum pour le fiabiliser et tout fonctionne assez bien, je ne déplore malgré tout pas de grosses cassures ! On va maintenant reprendre un petit chantier pour tout optimiser avant l’échéance de la saison !"


Classement Provisoire général avant jury

 Classement provisoire avant jury :

1 / Xavier Macaire (Team SNEF) à 15h02’02
2 / Tom Laperche (Bretagne CMB Performance) à 15h09’08
3 / Tanguy Le Turquais (Queguiner Innoveo) à 15h35’22
4 / Pierre Leboucher (Guyot Environnement) à 15h35’43
5 / Tom Dolan (Smurfit Kappa – Kingspan) à 15h44’11
6 / Corentin Horeau (Mutuelle Bleue pour l’Institut Curie) à 15h44’49
7 / Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) à 15h48’04
8 / Gildas Mahé (Breizh Cola) à 15h49’32
9 / Alexis Thomas (La Charente Maritime) à 15h50’12
10 / Gaston Morvan (Bretagne CMB Espoir) à 15h51’00
11 / Erwan Le Draoulec ( Skipper Macif 2020) à 15h52’34
12 / Martin Le Pape (Gardons La Vue) à 15h53’46
13 / Benoit Mariette (Generation Senioriales) à 15h55’29
14 / Elodie Bonafous (Bretagne CMB Oceane) à 15h56’41
15 / Alan Roberts (Seacat Services) à 16h01'37
16 / Eric Peron (French Touch) à 16h08'37
17 / Nils Palmieri (TeamWork) à 16h34'23
18 / Violette Dorange (Devenir) à 16h49'34
19 / Robin Marais (Ma Chance Moi Aussi) à 17h04'40
20 / Jules Delpech (Orcom) à 17h18'53
21 / Estelle Greck (Respimer) à 17h32'34
22 / Arthur Hubert (Monatoutenergie.fr) à 17h35'07
23 / Francesca Clapich (State Street Marathon Sailing Fearless) à 17h38'31
24 / Philippe Hartz (Marine Nationale Fondation de la Mer) à 17h52'03
25 / Victor Le Pape (AD Innoveo) à 17h54'50
26 / Charlotte Yven (Team Vendée Formation) à 18h04'17
27 / Yael Poupon (Bihannic) à 18h34'51
28 / Pep Costa (Cybele Vacances Team Play to be) à 18h12'19
29 / David Paul (Just a Drop) à 19h00'59
30 / Mael Garnier (AGEAS Team Baie de St Brieuc) à 19h04'06

Victoire de Xavier Macaire sur la Solo Guy Cotten 2021

Xavier Macaire (Groupe SNEF) a franchi la ligne d'arrivée de la Solo Guy Cotten en première position ce samedi 24 juillet à 15h02’02

Il est suivi par Tom Laperche (Bretagne CMB Performance) en deuxième position à 15h09'08, et Tanguy Le Turquais (Queguiner Innoveo) à 15h35’22 en troisième position.

Plus d'information à venir à l'arrivée des 3 premiers au ponton. 





Classement provisoire avant jury :


1 / Xavier Macaire (Team SNEF) à 15h02’02
2 / Tom Laperche (Bretagne CMB Performance) à 15h09’08
3 / Tanguy Le Turquais (Queguiner Innoveo) à 15h35’22
4 / Pierre Leboucher (Guyot Environnement) à 15h35’43
5 / Tom Dolan (Smurfit Kappa – Kingspan) à 15h44’11
6 / Corentin Horeau (Mutuelle Bleue pour l’Institut Curie) à 15h44’49
7 / Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) à 15h48’04
8 / Gildas Mahé (Breizh Cola) à 15h49’32
9 / Alexis Thomas (La Charente Maritime) à 15h50’12
10 / Gaston Morvan (Bretagne CMB Espoir) à 15h51’00
11 / Erwan Le Draoulec ( Skipper Macif 2020) à 15h52’34
12 / Martin Le Pape (Gardons La Vue) à 15h53’46
13 / Benoit Mariette (Generation Senioriales) à 15h55’29
14 / Elodie Bonafous (Bretagne CMB Oceane) à 15h56’41


ETA : 14h30 à Concarneau

 Après les abandons de Fabien Delahaye et Alexis Loison hier soir, qui expliquaient que les orages avaient bien perturbé l'électronique du bord (pilotes..) la flotte a bien progressé toute la nuit. Les leaders ont enroulé l’île d’Yeu à 23h35, suivis en moins de 30 minutes par une vingtaine de bateaux.
Autant dire que la flotte navigue groupée !

Vers 5h ce matin, Xavier Macaire (Groupe SNEF) et Tom Laperche (CMB Performance) enroulaient bord à bord la marque de Rochebonne, prenant une légère avance sur leurs poursuivants.

Place à une réelle course de vitesse, dans un vent du sud-ouest de 15 à 25 nœuds, jusqu’à l’arrivée à Concarneau, prévue entre 14h30 et 15h . Rien n'est encore joué sur les 70 milles nautiques restants. 

Ordre de passage à Rochebonne

1 / Tom Laperche (Bretagne CMB Performance)
2/ Xavier Macaire (Team SNEF)
3 / Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019)
4 / Tanguy Le Turquais (Queguiner Innoveo)
5 / Pierre Leboucher (Guyot Environnement)
6 / Gildas Mahé (Breizh Cola)
7 / Corentin Horeau (Mutuelle Bleue pour l’Institut Curie)
8 / Tom Dolan (Smurfit Kappa – Kingspan)
9 / Thomas Alexis (La Charente Maritime)
10 / Benoit Mariette (Generation Senioriales)
11 / Gaston Morvan (Bretagne CMB Espoir)
12 / Alan Roberts (Seacat Services)
13 / Erwan Le Draoulec ( Skipper Macif 2020)
14 / Eric Peron (French Touch) 
15 / Nils Palmieri (Teamwork)
16 / Elodie Bonafous (Bretagne CMB Oceane)
17 /Martin Le Pape (Gardons La Vue)
18 / Violette Dorange (DEVENIR)
19 / Jules Delpech (ORCOM)
20 / Robin Marais (Ma chance moi aussi)
21 / Estelle Greck (Respimer)
22 / Arthur Hubert (Monatoutenergie.fr)
23 / Victor Le Pape (AD FICHOU)
24 / Francesca Clapisch (State Street Marathon SAILING Fearless)
25 / Philippe Hartz (Marine Nationale – Fondation de la mer)
26 / Yael Poupon (Bihannic)
27 / Pep Costa (Cybele Vacances Team Play to B)
28 / Charlotte Yven (Team Vendee Formation)
29 / Mael Garnier (AGEAS – Baie de St Brieuc)
30 / David Paul (Just a drop)
31 / Jesse Fielding (State Street Marathon)

ABD : Fabien Delahaye (Groupe Gilbert)
ABD : Alexis Loison (Région Normandie)

 


vendredi 23 juillet 2021

Alexis Loison revient sur les raisons de son abandon

 

Alexis Loison (Région Normandie) est arrivé dans le port de Concarneau vers 21h30. Il revient sur les raisons de son abandon : 

« Je n’étais pas très en forme depuis le début de la semaine, après avoir reçu ma 2e dose de vaccin. J’avais de la fièvre et ai mal dormi les deux nuits précédents le départ. Hier, je me sentais mieux, même si je savais que j’avais un déficit de sommeil, je me suis dit que ça allait aller mieux. Le problème est qu’avec tous les orages que nous avons eu, il a tout simplement été impossible d’aller se reposer depuis le départ. Je n’étais même plus dans le rouge, mais dans le violet ! J’étais vraiment en vrac, je n’arrivais plus à me déplacer… Je me suis fait peur dans une manœuvre et j’ai décidé d’abandonner. J’allais faire une bêtise : soit me faire mal, soit casser du matériel. Il était bien plus prudent de rentrer.

Concernant le début de course, ça a été un peu moins l’apocalypse que prévu sous les orages, mais nous avons dû faire énormément de manœuvres, très sollicitantes sur ce bateau. Quand le vent a molli, le bateau tournait dans tous les sens car il y avait beaucoup de mer. C’était difficile de tenir debout sur le bateau. »

Course de vitesse en vue !


La flotte de la Solo Guy Cotten a réussi à s’extirper de la dépression orageuse qui a sévi toute la journée le long des côtes du Finistère sud et entame la deuxième partie du parcours. Premier aux Birvideaux, Xavier Macaire (Groupe SNEF) ouvre la marche, devant Tom Laperche (Bretagne CMB Performance) et Gildas Mahé (Breizh Cola). Les figaristes évoluent désormais dans un flux de 20/25 nœuds de sud-ouest bien établi, qui devrait tenir jusqu’à l’arrivée. La suite de la course s’annonce donc tout aussi intense pour les skippers, à piloter le bateau à haute vitesse au reaching. En revanche, les prévisions météo divergent selon les fichiers quant à la force du vent prévu, faisant glisser les ETA à samedi après-midi entre 14h et 17h. Un horaire plus affiné sera communiqué demain matin après étude des nouveaux fichiers météo.

Deux abandons à déplorer :


Dès 13h, la trajectoire de Fabien Delahaye (Groupe Gilbert) sur la cartographie posait question, le voyant se diriger vers son port d’attache de Lorient. La nouvelle est tombée à 15h via le sémaphore de Groix, auquel Fabien avait demandé de prévenir l’organisation de course de son abandon. Arrivé à 18h devant la Base des sous-marins, le skipper détaille : « J’étais dans un orage et l’électronique s’est mis à me jouer des tours, notamment au niveau du pilote automatique. A un moment, le bateau a subitement viré et je suis tombé en arrière sur un winch au niveau du coccyx. J’ai eu beaucoup de mal à rester à la barre la nuit dernière car la mer était vraiment démontée. Au vu des conditions attendues cette nuit, avec 30 nœuds de vent, j’ai trouvé plus sage de me préserver pour la Solitaire du Figaro. »

Ce fut ensuite Alexis Loison qui signifiait son abandon à la Direction de Course, pour raisons médicales, sans donner davantage d’information pour l’instant. Le skipper de Région Normandie est attendu à 22h à Concarneau.

Ordre de passage au Birvideaux :

1/ Xavier Macaire (Team SNEF)
2 / Tom Laperche (Bretagne CMB Performance)
3 / Gildas Mahé (Breizh Cola)
4 / Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019)
5 / Alan Roberts (Seacat Services)
6 / Tom Dolan (Smurfit Kappa – Kingspan)
7 / Nils Palmieri (Teamwork)
8 / Gaston Morvan (Bretagne CMB Espoir)
9 / Benoit Mariette (Generation Senioriales)
10 / Elodie Bonafous (Breatagne CMB Oceane)
11 / Tanguy Le Turquais (Queguiner Innoveo)
12 / Thomas Alexis (La Charente Maritime)
13 / Erwan Le Draoulec ( Skipper Macif 2020)
14 / Pierre Leboucher (Guyot Environnement)
15 / Eric Peron (French Touch)
16 / Martin Le Pape (Gardons La Vue)
17 / Corentin Horeau (Mutuelle Bleue pour l’Institut Curie)
18 / Arthur Hubert (Monatoutenergie.fr)
19 / Violette Dorange (DEVENIR)
20 / Jules Delpech (ORCOM)
21 / Victor Le Pape (AD FICHOU)
22 / Estelle Greck (Respimer)
23 / Robin Marais (Ma chance moi aussi)
24 / Francesca Clapcich (State Street Marathon)
25 / Mael Garnier (AGEAS – Baie de t Brieuc)
26 / Philippe Hartz (Marine Nationale – Fondation de la mer)

Retour sur ....

Voilà 24 heures que les 33 skippers sont en mer, actuellement à la bagarre pour sortir au plus vite des systèmes orageux et attraper le nouveau vent. En attendant que la flotte atteigne les Birvideaux, voici quelques déclarations de skippers prises au moment du départ :

Alan Roberts (SEACAT Services)

« Je me sens bien. Je ressens un peu de pression car la course sera compliquée, avec peu de vent, des transitions, des orages avant du vent fort. Le plus gros morceau sera entre la Chaussée de Sein et les Birvideaux où il faudra être bon en tactique en gérant les orages et la météo. Après nous aurons deux gros bords de reaching, ce qui est super pour afficher de belles vitesses. Au niveau du sommeil, nous ne trouverons pas beaucoup de temps pour dormir, mais ça ira car le format est assez court. »

David Paul (JUST A DROP):

« Je suis David, j’ai 26 ans et je viens de Londres ! Ce qui est assez inhabituel pour faire de la course au large. Je viens du dériveur et du match-race et ai participé à de nombreuses épreuves anglo-saxonnes en équipage. C’est à ce moment là que j’ai découvert le haut-niveau des Français, notamment sur la Rolex Fastnet Race. J’ai appris que c’était grâce au Figaro, alors me voilà ! J’aime cette idée de courir sur des bateaux monotypes, afin d’apprendre et de progresser. Cette Solo Guy Cotten est ma première épreuve en Figaro et je dois absolument la terminer pour me qualifier à la Solitaire du Figaro. J’ai navigué l’équivalent de 3000 mn depuis le début de l’année pour gagner en expérience mais la partie la plus difficile et de connaitre les détails qui font la différence. »

Xavier Macaire (Team SNEF) :

« C’est cool de revenir sur le circuit après un petit passage en Multi 50. J’ai fait quelques entraînements avec le Team Vendée depuis la Sardinha Cup et ai repris cette semaine avec le convoyage du bateau et quelques navigations de remise en route à Concarneau. Le solitaire c’est comme le vélo, ça revient vite ! Cette course promet d’être très intéressante, on aura plein de transitions, de changements de voiles avec notamment le petit spi qui sera pertinent dans les bords de 25 à 30 nœuds et qu’on sort généralement très peu. C’est difficile d’anticiper les voiles exactes que l’on va utiliser, mais avec la dépression orageuse, les variations de vent, la pétole, la navigation au près et le reaching, on sait qu’il va y en avoir beaucoup. Je vais essayer d’appliquer ce que je sais bien faire au reaching pour réussir cette course et terminer dans le top 3. L’objectif est de naviguer en bon marin même quand les conditions seront musclées et d’avoir une bonne vitesse. Je n’ai pas envie de forcer pour gagner des places, l’idée est d’être aux avant-postes tout en réalisant une course propre. »





Philippe Hartz (MARINE NATIONALE FONDATION DE LA MER) :

« Je suis arrivée sur la Solo Maître CoQ avec seulement 5 jours de navigations sur mon Figaro. J’avais pas mal d’appréhension en tant que bizuth mais je ne me mettais pas de pression. Je me suis aperçu que j’arrivais à jouer avec les concurrents dans ce que je savais faire et j’essaye maintenant d’aller à la pointe de la flèche pour me rapprocher des leaders. J’en suis encore loin, il y a tellement de choses à connaître et je me laisse le temps d’acquérir de l’expérience. Le classement bizuth est là pour ça. Je me sens bien, je suis content d’être au départ de cette Solo Guy Cotten qui va demander une grosse capacité d’adaptation avec les conditions attendues que même les cadors vont avoir du mal à anticiper. Je suis parti pour plusieurs années avec mes partenaires sur le circuit Figaro Bénéteau, je suis venu progresser sur ce support monotype et apprendre les bases de la course au large. Les nuits en mer ne représentent pas de difficultés particulières pour moi, à l’instar de la fatigue. Je me sens dans ma zone de confort et c’est un point fort. J’ai beaucoup de recul par rapport à certains autres skippers qui font de la voile depuis longtemps, je prends du plaisir et j’arrive à dédramatiser beaucoup de situations en me disant que ce n’est jamais fini. »

L'analyse de Corentin Douguet

Skipper émérite du circuit Figaro Bénéteau, désormais concentré sur la construction de son nouveau Class40 en vue la prochaine Route du Rhum Destination Guadeloupe (mise à l’eau prévue en novembre 2021), Corentin Douguet nous livre son analyse pointue après un peu moins de 24h de course sur cette Solo Guy Cotten 2021 :

« C’est la journée de tous les dangers, à plusieurs titres. Ce seront des conditions très aléatoires pouvant tout chambouler, mais surtout, un orage en mer n’est jamais anodin. J’habite désormais dans le Finistère Sud et quand je regarde par la fenêtre je vois la Baie d’Audierne… je peux donc vous dire qu’ils sont entrés dans le vif du sujet il y a deux heures environ ! Cela se voit d’ailleurs sur la cartographie avec des trajectoires moins rectilignes.

Le ciel est très chargé et cela va créer un vent très aléatoire toute la journée avant l’arrivée d’un vent de sud-sud-ouest. Nous avons eu une situation similaire l’année dernière sur la Solo Guy Cotten et peu importe ta stratégie, tu es obligé de faire avec ce que tu rencontres, sans avoir accès à des données météo actualisées.

Corentin Douguet sur l'édition 2020 de la Solo Guy Cotten

Je leur souhaite juste d’avoir réussi à se reposer un peu ce matin, notamment après l’Occidentale de Sein où les conditions (du près bien établi) leur permettaient de grapiller quelques siestes car, à partir de maintenant, il faudra clairement être sur le pont jusqu’à l’arrivée.

Une fois la zone orageuse franchie, vraisemblablement en approche des Birvideaux, ils auront deux très longs bords au reaching dans un vent assez soutenu, propice à la vitesse, pour revenir sur Concarneau. La course ne sera donc pas terminée car il faudra bien affiner sa trajectoire. Selon les angles, les vitesses peuvent être très différentes et créer des écarts importants à l'arrivée. »

Une première nuit conforme !

La première nuit s'est bien passée pour les 33 skippers de la Solo Guy Cotten. Emmenée par Xavier Macaire (Team SNEF), Éric Peron (French Touch) et Pierre Quiroga (Skipper Macif), la flotte de la Solo Guy Cotten reste très groupée ce matin, se tenant en 4 milles nautiques. Seuls Jesse Fielding (State Street Marathon) parti très au sud, et Yael Poupon (Bihannic) au nord ont tenté des trajectoires différentes. 

Conformément aux fichiers météo, les Figaro Bénéteau 3 progressent actuellement dans un vent d'est de 15 à 20 nœuds au large de la baie d'Audierne. C’est à la mi journée que certains écarts se feront probablement avec la transition liée au déplacement de la dépression orageuse. Une situation pleine d'incertitude pour les skippers, comme le faisait remarquer Corentin Horeau (Mutuelle Bleue pour l'Institut Curie) avant le départ : " Nous devrions avoir des orages vendredi, dans la matinée, milieu de journée. Ça va être assez instable avec des rafales et du petit temps assez changeant. Ce n'est pas simple de se préparer car c'est totalement imprévisible. On ne sait pas quand ni comment cela va se caractériser mais il faut essayer de préserver le matériel en cas de grosses surventes et  l’électronique qui n’aime ni les éclairs, ni l’orage ni le tonnerre. "  Il faudra en effet faire les bons choix, et être prudent sans trop entacher la performance, comme le faisait remarquer Pierre Leboucher (Guyot Environnement) : " L’orage ? Ça fait peur, extrêmement peur. Il faudra être aux aguets, réduire la voilure, couper l’électronique si on sent que l’orage est trop près. Dans ces situations, on fait le choix de la prise de risque pour ne pas enfreindre la performance ou de la prudence pour ne pas abimer le matériel. Et si on coupe l’électronique, sans moyen de communication, on ne sait pas comment évolue l’orage..." En somme, les 33 skippers auront de quoi s'occuper ce vendredi 23 juillet ! 

Les premiers bateaux devraient passer les Birvideaux vers 18h00 ce soir. 

Pour suivre la progression des bateaux sur la cartographie, cliquez-ici 

jeudi 22 juillet 2021

Bon départ des 33 skippers sur la Solo Guy Cotten 2021

A 15h08 ce jeudi 22 juillet, les 33 figaristes engagés sur la Solo Guy Cotten 2021 se sont élancés sur les 380 milles nautiques du parcours sous un grand soleil et un vent de sud de 10 nœuds. Des conditions estivales au départ qui se dégraderont rapidement ; les skippers affronteront en effet des cellules orageuses dès demain matin, rendant les conditions météorologiques instables et incertaines. Après quelques heures de course, la flotte compacte dépassait l’île des Moutons dans l’archipel des Glénan peu après 17h. Les premiers bateaux sont attendus sur la ligne d’arrivée dans un peu moins de 48 heures, soit le samedi 24 juillet milieu de journée à Concarneau. 

Le directeur de course, Hervé Gautier, nous détaille les conditions rencontrées au moment du départ : « Ils sont partis à 15h08 dans un vent de sud de 11 nœuds et sur une mer totalement plate. La flotte était bien positionnée et bien alignée sur la ligne. Mais le vent s’est écroulé peu après le départ et les vitesses peinent à excéder les 5 nœuds. Il devrait rester faible jusqu’à 22 heures avant de forcir au secteur Nord-Nord-Est jusque 15 nœuds. Les premiers skippers devraient atteindre les Pierre Vertes vers 2h30 cette nuit. »

Ils ont dit avant le départ :


Jules Delpech (Orcom)
 : « Je suis déterminé à courir sur ma première Solo Guy Cotten ! J’ai envie de faire les choses bien, proprement et simplement. J’appréhende juste l’orage et le vent fort qui risquent de nous compliquer la tâche. Je vais tout de même essayer de profiter de ce début de course qui s’annonce agréable. L’objectif cette année pour moi est la performance en solitaire. J’ai laissé Noé (Delpeche) prendre la barre sur le Tour de Bretagne pour me concentrer sur les choses dont j’avais besoin pour La Solitaire. J’aimerais forcément me placer devant les bizuths à la ligne d’arrivée. Il y a un sacré niveau sur ce plateau mais je ne me mets pas de pression, je vais faire en sorte d’en apprendre le maximum. »

Alexis Loison (Région Normandie) : « C’est ma 14e Solo Guy Cotten mais ma première en Figaro 3. Le parcours est assez classique mais très technique. C’est la répétition générale avant La Solitaire, tout le plateau est présent et ça permet de valider les derniers réglages. La dernière course en solitaire remonte au mois de mars donc c’est l’occasion de se remettre dedans. Je fais une petite pause sur le circuit dès l’année prochaine, je compte en profiter au maximum. Je me fixe comme objectif de tout valider avant la grande échéance, c’est ma dernière sortie pour m’entraîner étant donné que je compte prendre du repos et courir sur la Rolex Fastnet Race sur un autre support. À partir de demain matin, on aura des orages qui pourront potentiellement amener des rafales très violentes, des pannes d’électronique qui ne sont pas appréciées en mer comme à terre. Il faudra passer cet orage pour rencontrer des bords de vitesses plus faciles. »


Estelle Greck (Respimer) : « Je suis assez contente de mon début de saison. La Solo Guy Cotten est un avant-goût de la solitaire puisque tous les bizuths sont là, il y a un beau challenge. Je suis première au classement provisoire bizuth du Championnat de France Elite de Course au Large et l’objectif est de maintenir cette belle place. Mais ça ne va pas être simple avec la météo attendue. L’idée est d’y croire jusqu’au bout et de tout donner. J’ai un peu de stresse mais il est positif, je n’ai pas d’appréhension puisque je suis déjà qualifiée sur la Solitaire. Je vais faire au mieux, on comptera les bons points à l’arrivée. Mon ambition de départ est la victoire bizuth et je reste focus là-dessus. »


Gildas Mahé (Breizh Cola) :
 « Nous avons changé les safrans et je n’avais pas encore eu les bonnes conditions pour les tester. Ce sera le cas sur cette Solo Guy Cotten ! Ce sera même très varié ! Entre les transitions, les orages et les zones de calme, on ne va pas s’ennuyer. Marcel Van Triest nous a annoncé des possibilités de rafales à 35-40 nœuds demain dans les orages dans la Baie d’Audierne ! Nous sommes beaucoup à essayer nos voiles de la Solitaire et il faudra faire attention. On voit souvent les orages de manière alarmiste car il y a toujours une appréhension. Moi je n’ai pas de souvenir de scénario catastrophique donc j’espère que ce sera encore le cas (rires). »

 

Citation du matin, orage chagrin !

 

Violette Dorange (Devenir) :
« Il va se passer énormément de choses sur cette course ! La situation orageuse est très instable et le vent va beaucoup tourner. J’ai passé du temps à analyser la météo hier et ce matin, avant de confronter ma vision à celle de notre météorologue du Pôle Finistère Course au Large. J’essaye d’approfondir le sujet autant que possible. Mon objectif est de progresser et d’apprendre au maximum sur ce circuit, avec comme objectif de participer au Vendée Globe 2024. Je travaille donc certains axes en particulier, comme le sommeil et la stratégie météo. C’est la meilleure des écoles avec un niveau si élevé ! »


Tom Laperche (Bretagne CMB Performance) :
« Tout se passe à Concarneau aujourd’hui ! Je vais d’abord aller assister à la mise à l’eau du trimaran SVR Lazartigue de François Gabart, avec lequel je vais participer à la Transat Jacques Vabre, avant de remonter sur mon Figaro ! Je suis convaincu que d’avoir différents projets permet de progresser encore plus rapidement. Mes ambitions n’ont pas changé sur le circuit Figaro et je viens sur cette Solo Guy Cotten pour reprendre confiance en solo avant la Solitaire du Figaro. Nous savons que la météo sera compliquée mais les bords seront propices à tester de nombreuses choses avec des voiles à valider. Ce sera engagé mais instructif. »



Tom Dolan (SMURFIT KAPPA – KINGSPAN) : 

« ça ne s’annonce pas simple. Dès le départ, il faudra réussir à bien jouer les petites oscillations du vent et à être au bon endroit sans faire trop de route, mais la principale difficulté va clairement être ce talweg qui va générer des nuages et des orages vendredi matin. A mon avis, il va y avoir des coups de mistoufle et on risque de rester tanqué un moment. Il faudra être opportuniste et aussi avoir un brin de réussite. Après, ce sera surtout la prime à la vitesse puisque l’on devrait finir le parcours sous gennaker avec 25 nœuds de vent, en mode un peu « bourrin ». Le fait de régater en solo ajoute toujours une dose d’adrénaline que j’ai hâte de retrouver. Je suis d’autant plus motivé que je joue à domicile sur cette Solo Guy Cotten Concarneau. J’ai vraiment envie de bien naviguer et de terminer avec le sentiment du travail bien fait. Les deux dernières étapes du Tour de Bretagne à là Voile ne sont pas trop bien passées pour moi et je n’aime pas rester sur un mauvais truc. Avec la Solitaire qui arrive à grand pas, j’ai envie de faire le plein de confiance. »
 

Martin Le Pape (Gardons La Vue) : 

« Cette Solo Guy Cotten signe la reprise du solitaire. L’objectif est de reprendre mes automatismes en solo et de me jauger face à la concurrence en mettant à profit tout ce que j’ai pu apprendre aux côtés de Yann Eliès et Sébastien Col cette année. Mais les conditions météorologiques ne sont pas évidentes à aborder avec l’arrivée d’une cellule orageuse très vaste prévue dès demain du départ. Pour faire simple, nous ne savons pas d’où viendra le vent, ni sa force, sur la quasi moitié du parcours. Les fichiers sont très divergents et quand Arome nous annonce 15 nœuds en Baie d’Audierne vendredi matin, Arpège nous en prévoit plutôt 40… et quelques heures plus tard ce sera pétole avec 4 nœuds ! Cela montre clairement le degré d’incertitude qui règne sur la météo ! »


mercredi 21 juillet 2021

Citations du soir, bonsoir !

 

Eric Peron (French Touch)  : 

" Cette Solo Guy Cotten est pour moi une remise en route après la Transat en double, notamment en solitaire. C’est le dernier échauffement avant l’objectif principal de l’année qu’est la Solitaire du Figaro. J’aimerai finir sur une bonne note avant de rejoindre le circuit Ocean Fifty l’année prochaine. Mais les conditions sont orageuses sur le parcours et il ne faudra pas tirer de plan sur la comète, car ça peut vraiment se jouer à pas grand-chose. Nous l’avons déjà vécu l’année dernière où les premiers sont devenus derniers en restant scotchés sous un nuage. Il faudra être vigilant !"


Fabien Delahaye (Groupe Gilbert) :

« Le parcours choisi est le parcours classique de la Solo Guy Cotten. Nous commençons à connaître les lieux ! Les conditions attendues sont très complexes et les choix de voiles seront déterminants. 

Ce sera complet avec un anticyclone, puis une dépression et un talweg à gérer. Il faudra bien préparer  cette transition car nous avons déjà vu de gros retournements de situation dans ces conditions aléatoires. La flotte est conséquente et il faudra bien gérer la régate au contact et son placement. Ça va clairement être intéressant. »


Elodie Bonafous : (CMB Oceane)

« Cette Solo Guy Cotten va être sympathique ! Le parcours se fait sur un grand terrain de jeux, dans des conditions météo pas forcément très simples (un vent aléatoire, des conditions orageuses…) : il va vraiment y avoir de quoi jouer mais aussi rendre fou ! C’est certain que sur ce type de parcours, tout peut se passer, et rien ne sera joué, jusqu’au bout. De mon côté, je prends cette longue course de 380 miles comme mon dernier bal avant la Solitaire. Ce sera l’occasion de valider tous les derniers détails; je vais notamment tester mes nouvelles voiles neuves. La Solo Guy Cotten c’est aussi pour moi le retour au solitaire. En effet, je n’ai pas navigué en solo depuis la Solo Maître Coq et ai donc besoin de me remettre le pied à l’étrier, en reprenant les bases du solitaire: refaire des nuits en mer seule, bien savoir utiliser le pilote automatique, savoir se gérer au niveau du sommeil et de l’alimentation… Bref toute une réadaptation à avoir ! Mais j’ai hâte ! »

Alexis Thomas (Charente Maritime) :

« Sur le Tour de Bretagne à la Voile, j’ai heurté un caillou au niveau de l’Aber Wrach et j’ai dû stopper la course à mi-parcours. Tout s’est enchaîné très vite depuis, je n’avais que 10 jours pour trouver un chantier capable de réparer mon bout-dehors, vérifier le mât, les varangues, etc. en temps et en heure. Le stress principal était de ne pas réussir à remettre mon bateau à l’eau avant cette Solo Guy Cotten, course indispensable à ma qualification à la Solitaire du Figaro. Nous avons finalement mâté et remis à l’eau mon bateau ce matin et j’en suis très soulagé. L’objectif maintenant sera de me faire la main sur mon gennaker avec lequel je n’ai pas beaucoup navigué, travailler le sommeil qui me fait défaut et viser une première place bizuth. »


Erwan Le Draoulec (Skipper Macif 2020) :

« Nous partons demain sur la Solo Guy Cotten sous un beau soleil dans des conditions agréables. Ça va être un joli départ à suivre. La première nuit, la météo va se gâter, le vent va doucement rentrer avec des orages attendus dès l’aller-retour aux Pierres Vertes, une bouée devant Ouessant. Les conditions vont être très aléatoires, elles vont nécessiter beaucoup de manœuvres au Raz de Sein, à Ouessant et à L’Occidentale de Sein où le courant sera à contre. Dans la journée de vendredi, on va rencontrer un front avec un nouveau vent plus stable qui va forcir dans la nuit de vendredi à samedi. C’est intéressant de naviguer dans ces conditions avant La Solitaire du Figaro, c’est plus qu’une remise en jambe en solitaire ! J’ai pu convoyer le bateau depuis Quiberon et vérifier les derniers détails. Je pars dans la même configuration que sur le Tour de Bretagne, l’idée ici est de vérifier que tout fonctionne et de ne pas me mettre de pression. Tout ne sera pas facile mais je compte faire au mieux et prendre du plaisir. Forcément, cette course compte au Championnat de France Élite de Course au Large donc tous les points sont bons à prendre »


Nils Palmieri (TeamWork) :

« La saison a très bien démarré pour moi, avec notamment une victoire sur la Transat en Double Concarneau-Saint-Barthélemy. Malgré ma 15e place sur le Tour de Bretagne, je reste toujours dans le match pour le Championnat de France Élite de Course au Large. Il reste encore la Solo Guy Cotten puis la grosse épreuve qu’est La Solitaire du Figaro pour toucher un titre de Champion de France. Ce n’était pas un objectif cette année pour moi, j’attendais une 3e année sur le format pour prétendre à cela mais c’est une source de motivation supplémentaire pour rester dans le top 10, ce qui n’est pas chose facile en Figaro. »

Le parcours n°1 sur la Solo Guy Cotten 2021

Les 33 skippers inscrits à la Solo Guy Cotten s'élanceront demain, jeudi 22 juillet, à 15h08 de la Baie de Concarneau sur le parcours n°1 de 380 milles nautiques. Hervé Gautier, directeur de course, nous détaille les spécificités de ce parcours. 

" Au regard des conditions météo, ce parcours est plus varié en terme d'allures que les autres. Les 33 Figaro Bénéteau s'élanceront demain après-midi dans un vent thermique de secteur sud d'une dizaine de nœuds avant l'arrivée d'une dépression orageuse dans la nuit de jeudi à vendredi. Les marins devront ensuite faire face à un vent de sud assez soutenu jusqu'à l'arrivée samedi. Les fichiers prévoient entre 25 et 30 nœuds. Ce sera un parcours technique, avec des choix de voiles importants en fonction de l'intensité du vent. Il faudra être opportuniste et bien choisir son placement par rapport à ce système orageux. Il y aura du jeu sur cette édition 2021 !" 

lundi 19 juillet 2021